Aller au contenu

Le drapeau pirate. Histoire et signification

  • Antonio B 
La bandera pirata se han convertido en uno de los símbolos más populares.

Le drapeau pirate, avec sa tête de mort blanche sur fond noir, est devenu un élément caractéristique du folklore pirate, mais, à l’époque, ce drapeau et d’autres aux motifs similaires à glacer le sang avaient un seul et terrifiant objectif.

Le drapeau pirate, qui n’était généralement hissé qu’au dernier moment, signalait que le navire en approche devait se rendre immédiatement sous peine d’être non seulement attaqué et abordé, mais aussi exécuté.

La menace de ne pas faire de quartier était souvent renforcée par la levée d’un drapeau rouge supplémentaire. Les pirates arboraient de nombreux autres types de drapeaux pour signaler leur terrible objectif en s’approchant d’un navire, généralement avec des images macabres telles que des squelettes, des épées et des cœurs en sang.

Les drapeaux nationaux étaient également utilisés, souvent comme une ruse pour dissimuler l’intention des pirates de piller et d’assassiner.

La Jolly Roger es la clásica bandera pirata.

Le terme« Jolly Roger » désignait à l’origine tout type de drapeau arboré par les pirates et les corsaires (pirates parrainés par l’État), et les motifs variaient certainement. Depuis, le nom « Jolly Roger » désigne un type particulier de drapeau pirate : un fond noir avec une tête de mort humaine blanche et des os croisés, également en blanc.

L’origine du nom n’est pas connue avec certitude, mais il pourrait dériver du mot « Roger » qui, à l’époque, désignait le Diable, un personnage souvent appelé « Old Roger ». Un groupe de pirates pendus à Newport (Rhode Island) en 1723 avait baptisé son drapeau « Old Roger », qui représentait un squelette avec un sablier et un cœur qui saigne.

Le terme « roger » s’appliquait également aux mendiants errants ou aux vagabonds, et les corsaires étaient parfois appelés « mendiants de mer », en particulier aux Pays-Bas.

Une autre origine possible est le terme français « le joli rouge », qui s’appliquait au drapeau rouge arboré par les corsaires pendant des siècles. Une autre origine possible (et il y en a plusieurs) est celle du pirate gallois Black Bart Roberts (alias Bartholomew Roberts, vers 1682-1722), qui était si célèbre pour porter des soies rouge vif au combat que les Français l’ont également surnommé le joli rouge.

Roberts était connu pour arborer le drapeau à tête de mort, entre autres, sur sa flotte, de sorte que ce drapeau est devenu le « Jolly Roger » par association.

Il est certain que la signification du drapeau noir, en particulier, et par extension du Jolly Roger, était connue de la plupart des capitaines respectueux de la loi. Un capitaine, Snelgrave, rapporte en 1719 que le Jolly Roger « est destiné à effrayer les marchands honnêtes pour qu’ils se rendent sous peine d’être tués s’ils ne le font pas » (Rogozinski, 174).

Il est possible que le Jolly Roger ait servi de premier avertissement et que, si l’on n’y prêtait pas attention, le hissage du drapeau rouge indiquait qu’il n’y aurait pas de quartier. C’est en tout cas ainsi que les deux pavillons ont été utilisés sur le navire pirate qui a attaqué un certain capitaine Richard Hawkins, épisode relaté par Hawkins dans une lettre de 1724.

Malgré une utilisation pratique plutôt brève, le Jolly Roger s’est solidement implanté dans l’imaginaire populaire grâce à son apparition dans de célèbres histoires de pirates telles que le roman Coral Island de R. M. Ballantyne (1858) et L’île au trésor de Robert Louis Stevenson, publié pour la première fois sous forme de feuilleton dans un magazine en 1881 et sous forme de roman en 1883.

Dans ces deux ouvrages, le navire pirate principal arbore le Jolly Roger, dont l’importance est reconnue de tous. Le drapeau a ensuite été mis en valeur par ses innombrables apparitions dans les films hollywoodiens, des films muets aux superproductions du 21e siècle.

Les pirates étaient des individus très colorés. Il n’est donc pas surprenant qu’ils aient souvent voulu avoir un drapeau qui leur soit propre. Le fond le plus courant d’un drapeau pirate était noir ou rouge, et les images qui y figuraient étaient destinées à rappeler aux victimes les terribles conséquences de la résistance.

Squelettes, crânes, cœur ensanglanté, sablier (signifiant que le temps passé sur cette terre est sur le point de s’achever) et ailes (signifiant que le temps s’envole) étaient des motifs courants sur les drapeaux.

Comme bon nombre de ces symboles figuraient également sur les pierres tombales de l’époque, tout le monde savait ce qu’ils signifiaient. Les armes étaient un autre symbole favori, comme les épées, les couteaux à lame courbe, les boulets de canon enflammés et les lances.

Bandera pirata de Jack Rackham, apodado Calico.
Le drapeau pirate de Calico Jack

Par exemple, le pirate anglais John Rackham (mort en 1720), surnommé « Calico Jack« , arborait un drapeau noir avec une tête de mort blanche sur deux coutelas croisés sur ses navires qui pillaient l’Atlantique et les Caraïbes.

Henry Every, pirate britannique actif en mer Rouge et dans l’Atlantique entre 1692 et 1695, arborait sur son drapeau un corps humain dont la figure tenait un sablier dans une main et un cœur saignant d’un coup de lance dans l’autre.

Bandera pirata de Edward Teach, más conocido como Barbanegra.

Le pirate le plus célèbre de tous, Edward Teach (« Barbe Noire », mort en 1718), du moins selon la légende, avait un drapeau similaire, mais l’a rendu plus terrifiant en remplaçant le corps par un squelette. Black Bart Roberts opta pour un drapeau plus amusant, le montrant en train de boire un verre de vin avec un squelette ou un démon tenant une lance enflammée. Les pirates ne manquaient pas non plus d’autopromotion.

Bandera de Bartholomew Roberts.
L’une des nombreuses bannières utilisées par Bartholomew Roberts

La bannière personnelle de Roberts le montre tenant une épée et se tenant debout sur deux crânes. Sous les crânes se trouvent les lettres ABH et AMH, qui représentent les têtes décapitées des gouverneurs de la Barbade et de la Martinique respectivement (« A Barbadian Head » et « A Martiniquan Head »), qui ont envoyé des navires à la recherche de Roberts.

La bandera pirata de Christopher Moody destaca por su fondo rojo y sus símbolos.
Le drapeau pirate de Christopher Moody

Enfin, certains pirates semblent avoir eu du mal à choisir le symbole à utiliser sur leur drapeau, si bien que des ensembles assez désordonnés ont été créés, comme celui attribué (peut-être à tort) à Christopher Moody, qui comprenait une tête de mort, des os croisés, une épée et un sablier avec des ailes, le tout sur un fond rouge.

Bandera de la pirata Cheng I.
Le drapeau pirate de Cheng I, la célèbre femme pirate

Les drapeaux pouvaient également être utilisés pour les communications des pirates eux-mêmes. Le grand pirate chinois Cheng I ( alias Zheng Yi, l. 1765-1807) terrorisait les mers d’Asie orientale, du Viêt Nam à Hong Kong. Cheng a pris la tête d’une alliance de six chefs pirates asiatiques à partir de 1801, et chacune des flottes des commandants arborait un drapeau coloré pour se distinguer.

Les couleurs utilisées étaient le rouge, le noir, le blanc, le vert, le bleu et le jaune. En outre, chaque drapeau avait une forme différente. Chaque commandant opérait dans une zone particulière, mais l’utilisation des drapeaux permettait d’éviter toute confusion lorsque des navires ennemis traversaient les zones d’attaque.

Certains pirates arboraient le drapeau de leur principal commanditaire, soit un drapeau familial, soit un drapeau national. L’utilisation de pavillons nationaux était également une tentative de donner un vernis de respectabilité aux actions des pirates, qui se considéraient davantage comme des corsaires et des ennemis légitimes des propres ennemis de leur souverain.

En 1694, l’Amirauté britannique a obligé tous les corsaires opérant pour le compte de la Couronne à arborer un drapeau rouge, le « Red Jack« , en plus du drapeau national. Au XVIIIe siècle, les corsaires américains arboraient souvent un drapeau rouge à bandes blanches horizontales.

Certaines organisations, comme les États barbaresques d’Afrique du Nord et les Chevaliers de Malte (également connus sous le nom de Chevaliers Hospitaliers), qui attaquaient les navires marchands musulmans, insistaient pour que les pirates travaillant pour eux battent leur pavillon.

D’autres capitaines, fiers de leur nationalité, arborent un pavillon approprié, comme le corsaire Hamidou Reis (1790-1815), qui opère en Méditerranée et navigue sous pavillon anglais.

Enfin, certains pirates utilisaient des pavillons nationaux ordinaires pour tromper leurs victimes. Un capitaine célèbre pour avoir utilisé ce stratagème est le pirate anglais John Deane, qui a opéré dans les Caraïbes dans les années 1670. Deane faisait flotter des drapeaux hollandais, espagnols et français pour donner à ses victimes un faux sentiment de sécurité.

Les autorités ont parfois utilisé le même stratagème, comme dans le cas des navires américains qui battaient pavillon anglais en 1815 et qui se sont approchés suffisamment près du navire de Hamidou Reis pour tirer un boulet de canon qui a coupé le corsaire en deux. Il est clair que, pour les deux parties, les pavillons peuvent être un élément mortel dans les batailles maritimes impliquant des pirates et des corsaires.

nv-author-image

Antonio B

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *